Légumes, céréales complètes et noix

Introduction

 C’est un fait que, tout en augmentant rapidement en nombre, le nombre d’enfants malnutris a diminué de moins de 1% depuis 2000.

Cependant, un grand nombre d’enfants souffrent de malnutrition mais ne répondent pas à la définition de «malnutris». Ils ne sont pas « en sous-poids » – ils sont simplement trop gros et trop paresseux pour essayer de perdre du poids. Ils sont donc classés comme « vulnérables ».

Ceci en dépit du fait que la malnutrition affecte chaque personne sur Terre et ne fait pas de distinction entre les riches ou les pauvres ou entre les sexes ou entre les ethnies. Elle affecte tout le monde de la même manière, d’une manière que les animaux (sauf les humains) ne peuvent pas faire avec leur nourriture : elle les tue en quelques heures ou quelques jours au lieu d’années.

Pour illustrer ce point, prenons un exemple : les enfants souffrant de malnutrition et traités dans le cadre d’un programme d’alimentation pour enfants dans un pays sous-développé comme l’Inde souffrent plus souvent d’infections respiratoires que les enfants qui ne souffrent pas du tout de malnutrition (c’est parce qu’ils n’ont pas suffisamment accès au lait frais).

Nous devrions tous nous en préoccuper !

D’un autre côté, nous savons aussi qu’il n’y a pas de définition universelle de la malnutrition – même parmi les personnes portant le même nom ! En réalité, le terme « malnutrition » fait référence à de nombreuses conditions et comportements différents qui affectent plusieurs maladies et problèmes de santé (tels que le diabète) de différentes manières. Nous devrions donc nous préoccuper des deux :

La malnutrition ne discrimine aucun groupe et ne discrimine aucun individu. Il est connu de frapper des groupes de personnes au hasard, quel que soit leur statut social ou leur capacité à subvenir à leurs besoins. Ainsi, tous les groupes – y compris ceux qui se font concurrence pour des ressources rares – devraient tous être touchés par la malnutrition s’ils souffrent de malnutrition, comme s’ils mouraient de faim. Et ceux qui bénéficient le plus de la malnutrition devraient aider à soulager ces effets en fournissant d’autres ressources (telles que les soins de santé), plutôt que de punir ceux qui font des choix qui entraînent leur propre détérioration.

Surproduction : C’est un cycle de dépendance

 Dans un nouvel article sur le blog, j’explore l’un des dilemmes les plus courants auxquels sont confrontées les startups : l’aide alimentaire. Parfois, c’est à des fins humanitaires, comme nourrir des personnes affamées en Afrique ou acheter de la nourriture pour un abri en Inde. Parfois, c’est pour la recherche et le développement. Et parfois, c’est juste comme une expérience.

Lorsque les robots ou l’IA commenceront à faire tout le sale boulot, alors nous devrons nous demander comment pouvons-nous aider les pauvres ? C’est là qu’intervient notre prochaine pièce :

Un nouvel article sur ce blog explore l’un de nos sujets de prédilection : l’aide alimentaire ! Il ne s’agit pas de soigner les malades ou de nourrir les affamés – il s’agit d’aider les gens à se contrôler.

Dans cet article, nous explorons pourquoi certaines personnes ne peuvent s’empêcher de céder à leur dépendance, et comment vous aussi pouvez-vous obliger à faire ce que vous savez être juste même si vous n’avez aucune intention de le faire.

Nous espérons que vous apprécierez cet article, si c’est le cas, n’hésitez pas à le partager avec vos amis ! On compte dessus 🙂

Les effets négatifs de l’aide alimentaire excédentaire

 Alors que toute la question est persistante et complexe, nous allons nous concentrer sur un aspect de celle-ci : l’abus de l’aide alimentaire. Le problème de l’aide alimentaire excédentaire n’est pas nouveau. Il a été identifié pour la première fois par la regrettée économiste Maria Rostworowski dans son livre The Surplus Economy, un livre qui est depuis devenu quelque peu célèbre.

Le problème n’est pas seulement que certaines personnes peuvent acheter plus que d’autres ; c’est aussi que certaines personnes peuvent acheter plus que d’autres à un moment donné.

Un deuxième problème avec l’aide alimentaire est qu’elle tend à être un mauvais choix pour au moins trois raisons :

• Il est souvent mal ciblé (par exemple, en Afrique, de nombreux bénéficiaires sont des orphelins sans compétences de base)

• Il subventionne souvent une production inefficace (en particulier la production agricole)

• Il subventionne la consommation inutile (par exemple, l’agriculture à forte intensité énergétique).

Le troisième problème avec l’aide alimentaire en tant que forme d’aide est encore pire : bien que l’aide alimentaire ne représente que 5 % ou moins de tout le commerce international chaque année, elle a d’énormes impacts sur le commerce international et donc sur la pauvreté mondiale. Sans surprise, l’impact sur la pauvreté varie énormément d’un pays à l’autre. Dans de nombreux pays où les niveaux de malnutrition sont élevés/les revenus faibles/les taux de chômage élevés, l’aide alimentaire peut en fait aggraver les choses. Cela a deux implications sur la manière dont nous envisageons de résoudre la pauvreté : l’aide alimentaire doit être utilisée avec parcimonie ; mais si nécessaire et compte tenu d’un bon mélange de donateurs et de bénéficiaires, cela devrait être fait avec beaucoup de soin compte tenu de sa nature humanitaire et d’une planification minutieuse afin de minimiser son impact négatif sur le commerce et sur la pauvreté mondiale.

Remarque : je ne veux pas dire « choix du donateur » ici, mais « choix du donateur » dans le sens où nous devrions avoir une procédure régulière lors du choix des organisations à soutenir pour leur partie des besoins du monde – après tout, il existe de nombreuses organisations non gouvernementales ( ONG) travaillant dans ce domaine qui méritent notre considération pour leur rôle !

Mais notez également que cet aspect n’a pas besoin d’être limité ou contenu dans un réseau de donateurs ou un ensemble d’organisations ; considérez simplement comment différents pays réagissent différemment à différents types d’assistance afin d’éviter le double dipping (c’est-à-dire une ONG servant à la fois le donateur et le bénéficiaire). Je pense que cela améliorerait considérablement notre capacité à résoudre les problèmes de pauvreté chronique dans d’autres parties du monde – en particulier si ces pays étaient capables de trouver des moyens de contourner les contraintes d’infrastructure existantes telles que le manque d’accès aux autoroutes ou aux sources d’eau, etc. Cela pourrait même nous conduire

Répondre

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.